Projection de rue sur écran géant à Marseille, dans le cadre de la Journée Internationale pour les Droits des Animaux

Le 10 décembre 2016, dans le contexte de la Journée Internationale pour les Droits des Animaux (JIDA), l’ALARM a de nouveau investi la rue afin de sensibiliser un maximum de public sur le sort réservé aux animaux non humains, qui sont considérés comme des marchandises, objets, matériels, moyens, aliments, produits, vulgaires consommables dont on peut user et abuser et non pas comme les êtres sensibles qu’ils sont, capables de ressentir notamment souffrance, douleur et émotions aussi diverses que complexes… Comme nous humain-e-s.

Les animaux ne possèdent aucun droit à la vie ni à la liberté et sont notamment : élevés et tués pour leur chair, leur peau et leur fourrure ; martyrisés et torturés dans les laboratoires d’expérimentation pour des expériences cruelles et la plupart du temps inutiles ; traqués au nom du sport (chasse, pêche, etc…), exploités et maltraités pour les loisirs (cirques, zoos…) et au nom de traditions archaïques et barbares (corrida, foie gras, etc…).

C’est de nouveau la rue Saint-Férréol – en plein cœur du centre-ville de Marseille – qui a été choisie, pour devenir le lieu d’une projection sur écran géant de plusieurs vidéos.

Celle que l’on trouve sur le site de la JIDA et 5 vidéos condensant en différents montages celles que l’ALARM a projetées à plusieurs reprises sur ordinateurs portables, et dénonçant 10 « catégories » d’exploitation animale : viande, pêche, foie gras, œufs et lait, transport, fourrure/cuir/laine, cirque/zoo/divertissement/ loisir/ sport, corrida et vivisection.

Ces 6 vidéos composaient ainsi un cycle ininterrompu de 30 minutes de projection non stop.

Le son nous accompagnait comme habituellement, et là encore c’est le « Chant JIDA », composé par Velvetine qui posait les notes supplémentaires d’émotion à notre action.

Car de l’émotion, il y en a eu ! Beaucoup.

Les personnes qui se sont arrêtées, sont restées longtemps devant les images qui défilaient. Certaines durant un cycle de projection complet. D’autres se mettant en recul, adossées, le regard grave et profond durant de longs instants.

Les visages parlent de cette émotion. Les yeux la crient parfois. Et quelques fois l’ont pleurée.

Ce sont de nouveau des centaines de personnes qui ont été sensibilisées, repartant avec le tract que nous distribuions, afin de pouvoir absolument se retourner avec des mots à poser sur leurs ressentis, sur leurs chocs émotionnels ; afin de pouvoir avoir un support sur le comment, le pourquoi et surtout sur le « pour aller plus loin ».

Electrochoquer les gens est une chose… Encore faut-il que ces gens là puissent continuer à réfléchir, à cheminer… Longuement…

Et comme toujours, pour nous militant-e-s, ce sont les visages et comportements des enfants accompagnés de leur(s) parent(s) qui nous ont le plus ému-e-s… Et probablement le plus encouragé-e-s.

A aucun moment, les enfants qui s’arrêtaient ont été empêchés de le faire ; à aucun moment les parents ont tiré les petites mains ou tenter de boucher la vue. Bien au contraire. Ces derniers se sont arrêtés également, se sont penchés, se sont accroupis, se sont mis à hauteur de ou des enfants et ont parlé, ont expliqué. Les mots ont été aussi posés, donnés. Les fêlures du cœur et de la prise de conscience se pansent elles aussi… Pour qu’elles puissent être pensées.

Cette projection de rue sur écran géantqui aura duré deux heures – fut un coup d’essai pour les membres de l’ALARM impliqué-e-s dans cette action.

Certains points ne sont pas parfaits et restent à réfléchir, à améliorer.

La prochaine, nous ferons mieux ! Et le plus tôt possible sera le mieux aussi !

VIDEO JIDA LANCEMENT                                                                                               Vidéo de notre action

Un autre album est également attendu, et cette fois-ci ce sera celui d’un très talentueux photographe.

 

Bravo à toustes les participant-e-s et un bravo tout particulier au militant qui était en charge de la projection ! Il est probable qu’il ait réussi à atteindre un certain état second qui lui a permis de tenir bon durant tout le temps du déroulement d’images plus insoutenables les une que les autres. Merci à lui.

***

  • Remerciements à International Campaigns pour l’autorisation de la projection de sa vidéo.
  • Remerciements à Velvetine pour ce « Chant JIDA » (que vous pouvez retrouver sur leur dernier album « Crematorial Dance »), qui nous est devenu emblématique.


Album des photographies complet sur notre page Facebook