Projection de rue sur écran GÉANT – 8 juillet 2017, Marseille – VIEUX-PORT

Le 8 juillet 2017, dés la nuit tombée, l’ALARM a choisi d’investir le quai principal du Vieux-Port de Marseille afin de sensibiliser un maximum de public sur le sort réservé aux animaux non humains, qui sont considérés comme des marchandises, objets, matériels, moyens, aliments, produits, vulgaires consommables dont on peut user et abuser et non pas comme les êtres sensibles qu’ils sont, capables de ressentir notamment souffrance, douleur et émotions aussi diverses que complexes… Comme nous humain-e-s. Les animaux ne possèdent aucun droit à la vie ni à la liberté et sont notamment : élevés et tués pour leur chair, leur peau et leur fourrure ; martyrisés et torturés dans les laboratoires d’expérimentation pour des expériences cruelles et inutiles ; traqués au nom du sport (chasse, pêche, etc…), exploités et maltraités pour les loisirs (cirques, zoos…) et au nom de traditions archaïques et barbares (corrida, foie gras, etc…). Le vieux-Port – bondé de promeneurs-ses – est donc devenu le lieu idéal pour une projection sur écran géant de plusieurs vidéos.

10 vidéos au total alternées en différents montages (celles que l’ALARM a projeté à plusieurs reprises sur ordinateurs portables et sur une 1ère projection sur écran géant le 5 décembre 2016 en plein cœur de la cité phocéenne), dénonçant 10 « catégories » d’exploitation animale : viande, pêche, foie gras, œufs et lait, transport, fourrure/cuir/laine, cirque/zoo/divertissement/ loisir/ sport, corrida et vivisection. Ces 10 vidéos composaient ainsi un cycle ininterrompu de 25 minutes de projection non stop, qui ont tourné en boucle durant deux heures.

=> Plus de photographies de cette projection de rue, sur notre page Facebook

Le son nous accompagnait comme habituellement, et là encore c’est le « Chant JIDA », composé par Velvetine qui posait les notes supplémentaires d’émotion à notre action. Car de l’émotion, il y en a eu ! Beaucoup. Un public très dense s’est arrêté, est resté longtemps devant les images qui défilaient. Certaines personnes durant un cycle de projection complet, le regard grave et profond durant de longs instants. Les visages nous ont renvoyé cette émotion et quelques fois l’ont pleurée.

Beaucoup d’échanges, de discussions, d’encouragements, des prises de position dans le sens positif pour les animaux non humains clairement dites et même de futur-e-s militant-e-s qui souhaitent nous rejoindre.

Ce sont donc, de nouveau, des centaines de personnes qui ont été sensibilisées, repartant avec près de 2000 tracts distribués, afin de pouvoir absolument se retourner avec des mots à poser sur leurs ressentis, sur leurs chocs émotionnels ; afin de pouvoir avoir un support sur le comment, le pourquoi et surtout sur le « pour aller plus loin ».

Fait nouveau pour nous concernant ce type d’action, des personnes se sont même assises face à l’écran, et notamment des minot-e-s, pour lesquels-les une membre de l’ALARM s’est installée avec elleux afin d’expliquer, de répondre à leurs questions. Ce fut un moment qui restera gravé dans nos mémoires, un moment tel ceux qui font que notre force et nos convictions ne peuvent et ne doivent faiblir.

Mais nous tenons à le répéter, électrochoquer les gens par la réalité des images est une chose… Car parfois les mots ne suffisent pas ou plus… Encore faut-il que ces gens là puissent continuer à réfléchir, à cheminer… Longuement…

Une vidéo de notre action est en préparation et devrait arriver dés que possible.

BRAVO à toustes les militant-e-s pour cette projection de rue RÉUSSIE sur de multiples points ! Et un encore bravo tout particulier au militant (on ne le lui dira jamais assez) qui était en charge de la projection et qui probablement a fait appel à un certain état second qui lui est tout personnel et puissant, et qui lui a de nouveau permis de tenir bon durant tout le temps du déroulement d’images plus insoutenables les unes que les autres.

Remerciements à Velvetine pour ce « Chant JIDA » (que vous pouvez retrouver sur leur dernier album « Crematorial Dance« ).