L’ÉLEVAGE DE GREEN HILL NE ROUVRIRA PAS !

Ce sont de grandes et réjouissantes nouvelles que nous tenons à partager avec vous ce 23 janvier 2015 :

L’ÉLEVAGE DE GREEN HILL NE ROUVRIRA PAS !

Aujourd’hui avait lieu l’issue de l’affaire concernant l’élevage de Green Hill à Montichiari en Italie.

L’ALARM avait soutenu la campagne pour la fermeture de cet élevage, notamment en organisant des rassemblements, la journée internationale de solidarité du 8 mai 2012 (album photo de l’action ici :https://www.facebook.com/alarm13/photos/a.302127999868864.71522.173691002712565/302131669868497/?type=1 ) et en faisant le déplacement pour aller manifester avec les camarades italiens le 30 juin 2012 à Green Hill même.

L’ALARM tient à féliciter cette campagne de fermeture des plus efficaces du mouvement des droits des animaux de ces dernières années, à la fois très stratégique, réfléchie et variée.

La campagne pour la fermeture de cette élevage s’était popularisée et mobilisait des milliers de personnes à travers toute l’Italie et même internationalement lors des journées d’actions !

Voir un aperçu ici => https://www.flickr.com/photos/fermaregreenhill/sets/72157629639188514/

L’utilisation de diverses tactiques est la clé du succès !

Traduction d’un passage d’un article en anglais : (http://www.edev.nl/pages/posts/overwinning-voor-de-green-hill-puppies-in-italie-71.php )

« […] L’issue de l’affaire Green Hill – suivie de près par les médias et le public depuis ses débuts en 2012 – est une triple défaite pour Green Hill, tant au niveau judiciaire que d’un point de vue juridique.

1. Ghislane Rondot, directeur exécutif de Green Hill 2001, Roberto Bravi et Renzo Graziosi, respectivement directeurs et vétérinaires en interne à l’installation de reproduction des beagle, ont été condamnés par le tribunal de Brescia pour maltraitance et l’abattage d’animaux: Rondot (1 an et six mois), Bravi (1 an et la charge de rémunération) et Graziosi (1 an et 6 mois).

Le juge a également condamné ces derniers à une suspension de 2 ans de leur activité professionnelle. Une décision historique qui permettra de créer un précédent et que révèle la vérité des souffrances infligées aux animaux élevés pour des expérimentations par la branche italienne de la multinationale Marshall.

2. Les beagles, qui ont été initialement saisis (en juillet 2012), ont donc définitivement été confisqués par le juge et durablement affectés à leurs familles.

Une victoire sans précédent, en Italie et en Europe, pour le nombre d’animaux de laboratoire sauvé (environ 3000) et pour les conséquences juridiques que cela comportait : les principes du droit et le respect du bien-être animal sont obligatoire par la loi, même quand il s’agit d’activités douteuses, telles que l’expérimentation animale, a commenté LAV.

3. Selon la loi, l’installation de l’élevage Green Hill ne rouvrira pas : le décret législatif italien 26/2014, qui a réussi VBL avoir approuvé il y a quelques mois (Mars 2014), interdit définitivement l’élevage de chiens, chats et primates pour l’expérimentation animale et fins de vivisection. »

 

Cette campagne inspire et continuera d’inspirer de nombreux-ses activistes et groupes militants : BRAVO !

La lutte pour la fin de l’expérimentation continue, à Marseille rejoignez la campagne Marseille Contre la Vivisection !