Communiqué et démenti face aux accusations du CNRS portées envers l’ALARM

COMMUNIQUÉ-DÉMENTI : CAMPAGNE « MARSEILLE CONTRE LA VIVISECTION » !

Communiqué et démenti face aux accusations que porte le CNRS à l'ALARM

Communiqué et démenti face aux accusations que porte le CNRS à l’ALARM


Une enquête spéciale intitulée : « Pointée du doigt la recherche animale reste indispensable » a été publiée dans le Journal du CNRS, trimestriel n°277 de l’été 2014, une enquête menée par Mathieu Bane et Louise Lis.

Ceci dans une tentative de rassurer au sein même du CNRS, ses scientifiques, chercheurs et chercheuses, sur le besoin d’avoir recours à la vivisection faisant clairement face à une montée toujours plus croissante de l’opinion publique et scientifique contre l’expérimentation animale, notamment amenée par l’efficacité du mouvement pour les droits des animaux, de la libération animale et l’antispécisme en France comme partout en Europe et au-delà.

Cette enquête du CNRS commence d’emblée par de graves accusations portées contre l’ALARM :

« Traités de tortionnaires et de nazis sur les murs de l’animalerie. Insultés sur les réseaux sociaux et directement sur leurs boîtes mails. Les agents qui travaillent dans les animaleries de l’Institut de neurosciences de la Timone (INT) (1), à Marseille, ont été cette année la cible d’attaques violentes de militants extrémistes (2) qui dénoncent les recherches animales. À l’Institut des sciences biologiques du CNRS (INSB), l’heure est à la consternation. Dans les laboratoires, l’inquiétude règne. »

(1) Unité CNRS/Univ. Aix-Marseille.
(2) Notamment de l’association Alarm-Association pour la libération animale de la région marseillaise.

Voir l’enquête dans son intégralité ici =>
https://lejournal.cnrs.fr/sites/default/files/numeros_papier/cnrs_277.pdf
(Page 3 et à partir de la page 30)

L’ALARM tient à condamner fermement les accusations à caractères diffamatoires tenues dans ce dossier du CNRS et nous pouvons affirmer qu’AUCUN de ces actes n’a été commis par l’un-e ou des membres de notre association.

Nous sommes d’autant plus stupéfait.e.s que de si graves accusations sont portées de façon totalement arbitraire et sans la moindre preuve ! S’il y en avait eu, nous serions en droit de penser que le CNRS – par le biais de supports juridiques – nous aurait contacté-e-s… Mais c’est loin d’en être le cas…

Le CNRS en viendrait-il à se victimiser sans limites, dans le but de préserver leurs pratiques tant cruelles et controversées, qui consistent à expérimenter sur les animaux ?

Vous soutenez l’ALARM et notre campagne « Marseille Contre la Vivisection » ? Alors exprimez votre soutien en signant la pétition ici => http://www.thepetitionsite.com/takeaction/987/665/543/ et en diffusant nos infos sur la campagne !

LIBÉREZ LES ANIMAUX DES LABORATOIRES MARSEILLAIS !