Notre action COMPTEUR HUMAIN GÉANT au JT 19-20 France3 Provence-Alpes-Côtes-d’Azur

JT FRANCE3 19-20 du 13 mai 2017

Pour notre action « COMPTEUR HUMAIN GÉANT » du 13 mai 2017, des journalistes de France3 se sont déplacés également (voir l’article paru dans le journal La Provence, ici)

Passage bref dans le JT 19-20 Provence-Alpes-Côtes-d’Azur…
Pour autant, la revendication pour l’abolition de la « viande » a tout de même attiré presse et média…

Une précision nous parait très importante cependant à apporter (surtout à l’écoute de la phrase finale de la présentatrice du JT) : comme la membre de l’ALARM qui a été interviewée l’avait souligné, la revendication pour l’abolition de la « viande » ne se limite pas à la seule exploitation des animaux élevés pour la consommation de leur chair, mais étend bien sa revendication à l’ensemble des animaux que l’on fait naître, que l’on élève, exploite et tue également pour tous les « produits » qui sont issus de toutes exploitations.

Et précision sur la précision toute aussi importante : Nous ne prônons pas « un RETOUR au régime végétarien ».

Nous prônons une AVANCÉE POLITIQUE ANTISPÉCISTE,

ayant pour conséquence (entre autres) l’adoption d’un mode de vie vegan !

Que nos propos restent clairs.

« Parce que la production de viande implique de tuer les animaux que l’on mange,
parce qu’ils souffrent de leurs conditions de vie et de mise à mort,
parce que la consommation de produits animaux n’est pas une nécessité,
parce que les êtres sentients ne doivent pas être maltraités ou tués sans nécessité,

l’élevage, la pêche et la chasse, ainsi que la vente et

la consommation de produits animaux, doivent être abolis ».

A Marseille, le samedi 13 mai 2017, un compteur humain géant a égrené durant une heure les chiffres terrifiants, en partant de zéro, jusqu’à en arriver à celui de 6 millions d’individus.

LES ANIMAUX NE SONT PAS DES ALIMENTS
LA « VIANDE » N’EST PAS DE LA NOURRITURE,
C’EST DE LA VIOLENCE
FERMONS LES ABATTOIRS !

2 029 (par seconde)
121 766 (par minute)
6 000 000 (par heure)
64 milliards (par année)

C’est le nombre d’animaux vertébrés terrestres mis au monde et mis à mort chaque seconde, chaque minute, chaque heure et chaque année dans le monde pour finir dans des assiettes afin de satisfaire le plaisir gustatif des humain-e-s.

Quelque soit le type d’élevage, quelque soit le type d’abattage, la finalité pour des êtres sensibles à qui l’on dévore la chair reste identique : elle est la mort prématurée et préméditée d’un individu et non d’une chose.